Forteresses souterraines

12 novembre 2021

[petite prose] Le Désert Noir.

Je reprends dès aujourd'hui, après trop d'absence, l'entretien de de ce blog et la publication de textes de prose poétique.
Ce ne sont pas exactement des chefs d'oeuvre du genre mais à l'instar des crouis pour le dessinateur, ils sont un bon exercice d'expression spontanée.
A l'époque des forums, nous faisions de petits jeux d'écriture, notament en improvisant un texte à partir d'une image.
J'ai continué un peu plus tard sur un "carnet de poésie" à partir de photos prises lors de mes nombreux déplacements: vieilles ruines, endroits enchanteurs, curiosités diverses. A présent, il est à moitié rempli^^.
Je vais commencer par du vieux ou plutôt du "neuf avec du vieux" puisque j'ai changé les images.

Il progressait d’un pas lourd, mais ses pieds n’entamaient plus le sable du sol, qui offrait à la vue un manteau d’une beauté parfaitement irréelle.

L’un après l’autre, ses compagnons étaient tombés dans l’enfer des roches et n’auraient jamais l’occasion de contempler le spectacle rare offert par les dunes. De toute manière, il regardait déjà vers les monts Karaàn, dont il pouvait déjà distinguer les premiers contreforts tant les cieux étaient dégagés. R

La robe voluptueuse de l’azur n’en était que plus trompeuse, en vérité, cette partie du désert offrait un piège parfaitement mortel pour ceux, très rares, qui avaient l’audace et la ténacité d’y entrer. Le voyageur était comme une proie qui avançait au fond de la gueule d’un géant, prête à se refermer au moindre soubresaut. Le piège, c’était la tempête, elle les avait eus les uns après les autres, et il n’était pas certain qu’il parviendrait à lui échapper. Peu lui importait, le savoir était à ce prix.

La dernière demeure des dieux et des civilisations d’avant le monde se trouvaient de l’autre côté de la crête. Au fur et mesure qu’il approchait, elle se faisait abrupte, menaçante, comme le dos d’un gros animal dérangé dans son sommeil séculaire…

Un souffle léger finissait de parfaire les rides parfaites du manteau de sable ; dans le silence absolu de l’erg, il entendait chuchoter les mises en garde des sorcières : le désert noir, la citadelle des hommes-scorpions…

ancients hommes-scorpions

Posté par Napalmdave à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


29 septembre 2021

[Space crusade adventures] "la flèche et l'armure".

En mission chaque semaine sur une petite ville de Touraine bien connue pour son fomage de chèvre et vu que j'avais un peu de temps à tuer avant de renter en ma bonne ville de Tours, je me suis laissé aller flâner à la "flanerie" et j'ai trouvé ceci: des robots de la taille d'un dreadnougjht 40k, un peu plus hautes, un peu plus fines, un peu plus élancées mais surtout pas chères, 14 euros les six.
Pour 14 euros la boîte, je me laisse aller à un délire d'art contemporain qui n'en vaudra pas 14 millions et qui, je l'espère, ne déclenchera pas autant de polémiques (pendant que certains font des expérimentations hors de prix, bien des enfants qui souhaiteraient aller à l'école et créer n'ont rien du tout, fin de la parenthèse).

IMG_20210926_185608IMG_20210926_192808

Je pense tout de suite en faire des remplaçants plus cohérents militairement que les "dreadnoughts" space marines...

Sérieux, ça ne vous a pas effleuré cette profonde incohérence? le dreadnought est censé renfermer un super vétéran du chapitre et semer la terreur dans les rangs ennemis.


Sauf que non, bien que la figurine soit super belle, elle est incohérente, pataude, courte sur patte, une brique...


Lorsque j'étais ado et que les distances à 40 k se mesuraient encore en cm, le dread se dépalçait de 15 cm... Or donc une fois et demi plus vite que l'infanterie. Au vu des figurines dreadnoughts du chaos de "Space crusade" (entièrement mécaniques ou plutôt "machines-démons" assez sveltes), je me suis toujours demandé comment ces "courtes-pattes" pouvaient surviuvre à des siècles de combat...
Or donc, un "coffre" censé acceuillir un "frère vénérable" se fait automatiquement aligner au tir dès le premier tir d'armes lourde de l'ennemi, il est trop lent pour se mettre à l'abri, trop mal armé par rapport à des extra-terrestres invincibles, trop mal blindé contre des tireurs embusqués.
C'est le syndrôme "capitaine Kirk" qui doit se téléporter: le dreadnought "conventionel est porté par des aéronefs, ou des modules d'aterrissages.En gros, il ne sert à rien à part faire joli...
On ne parlera pas de son collègue du chaos qui, une fois sur six, tire sur ses propres troupes et qui joue donc en fond de cour.
Ok les dreadnoughts primaris sont jolis sur la table... Mais ils sont encore plus vulnérables, toujours aussi mal armés et blindés. Ils sont censés notamment éventrer des bâtiments. Je ne donne pas cher de leur peau face à des tireurs embusqués armés de lance-missiles antichars. Il semblerait que les concepteurs de Games n'aient pas appris grand chose des décennies de guerres asymétriques de 1945 à nos jours. Un jeu d'escarmouche futuriste aurait mérité plus de développements sur l'arsenal d'infanterie, l'artillrie légère, les véhicules légers et les marcheurs, pas sur des avions, des titans et surtout pas sur des extra-terrestres surarmés qui bousillent l'équilibre de l'univers et dont nous n'avons que faire.

A la place, je propose des armures de combat, largement inspirés des univers japanimés comme "Appleseed" mais pas seulement, "La Bande dessinée francophone "Aquablue" fera bien l'affaire aussi avec ses "exotanks" de la Légion. Concepts repris largement pour le film "avatar" de James cameron (cette collection de clichés^^).
Les dites armures ont un seul pilote bien protégé dans l'habitacle, des mains libres pour des manipulations (la plupart du temps), une combo d'armes de tir principales / secondaires adaptées à leur mission, éventuellement une arme de corps à corps (énergétique, ça va de soi) et le plus souvent un bouclier énergétique lui aussi, léger et efficace car ça c'est utile... Pour ces derniers, j'ai utilisé des intérieurs plastiques de montres de basse gamme récupérés d'une précédente collection.^^
Au final, il il y a un mélance de "Tron" et de "Gundam" dans mes armures à pas cher.
Le mieux étant l'ennemi du bien, je renonce à leur ajouter des réacteurs dorsaux qui par ailleurs, nuiraient à l'équilibre de l'univers (souvenez-vous des armures "crisis" Tau: "je bouge / je t'aligne / je t'encule... pardon, je me redéplace). J'admettrai juste quelles ont de grandes jambes agiles en terrain difficile et des suspenseurs antigrav, comme pour certaines armes lourdes d'infanterie.
Je laisse ce genre de matos "robotique" à des spécialistes: soi les marines, soi les arbitratores, éventuellement quelques unités de forces spéciales plus "conventionelles".

J'ai conçu un premier trio d'armures de police légèrement équipées, façon "Patlabor" pour une force arbitrators. Il faut des mains libres à la fois pour appréhender les sales mecs et pour emmener loin de la zone de combbat les innocentes victimes collatérales. Leurs épaules portent de smortiers de dispersion. Une des armures est équipée spécialement contre les véhicules béliers et les groupes d'émeutiers avec un entoileur lourd et un canon "dépolarisateur" (comme dans la série "Vyper"). "Où rangent-ils leurs ames?" me direz vous... sur des points d'attache magnétiques ça doit se bricoler facilement, on au 31ème millénaire pardi.^^

IMG_20210927_193000

 Cette deuxième série est plus équipée "polyvalence et précision" avec un canon antichar léger, des missiles courte portée et dans l'autre main, un pistolet qui fait en gros la taille d'un bolter lourd, sans oublier le bouclier.
Qu'on ne me parle pas de gros calibre: sur les nouveaux transports de troupes français du système "Scorpion", le 40 mm à répétition actuel est plus efficace que le 105 mm de l'ancien AMX 10 en termes de perforation (malgré toutes les qualités du bon viel AMX 10).
Cette solution conviendra plutôt à une division space marine basée sur l'embuscade et la frappe rapide.

IMG_20210928_220315

Cette troisième série sacrifie un peu de puissance d'assaut (et une main) pour plus de puissance de feu. J'ai sagement conservé des bouchons de colle de superglue très "inspirants" pour en faire des canons d'assaut (ah! cette arme mystique que les copains de Shwarzy utilisaient déjà en 1987 dans "Prédator"^^). L'autre main brandit une arme à rayons, sans doute un canon laser.
Cette solution conviiendra à une divion plus spécialisée dans l'avance et l'élimination.

IMG_20210927_215705

Cette série d'armures, plus lourdemant blindée sacrifie une main et son bouclier énergétique pour plus de tir. Conviendra plus à une force "défensive"
je pense les sous-coucher en blace et les attribuer à mes ultramarines maison qui n'ont pour le moment qu'un chapelain et un tank peint à leur actif

IMG_20210929_222337

Cette série, la plus "japonisante" sera sans doute pour un projet de divion de marines appelée "Légion Tarentula", elle combine des armes de tir légères et variées, des boucliers et des lames énergétiques pour l'assaut.

IMG_20210929_222217

Et la petite dernière, sur socles en bois... On combine une arme de tir compacte mais puissante avec de la capacité d'assaut, ce sera pour un projet de division space marine appelés les "Sentinels", basés sur un monde primitif, Averna, composé de jungles et de marécages et souvent cible de de raids pirates et de débarquements extra-terrestres... division "africanisante".

IMG_20210929_222511

 Et voilà la petite photo de famille pour la fin, That's all folks!

IMG_20210929_201106

 

26 septembre 2021

"La Géante Serpente" (projet de roman).

4 varitaions Berthilde

 

Je reviens sur ce projet de roman plutôt atypique que ce soit dans l'univers ou le process créatif, et commencé en 2018 si mes souvenirs sont bons (il a pris un peu de retard mais il est en constante amélioration).

A l'origine, "La Géante Serpente" était une nouvelle de six pages écrite en 2008 dans le cadre du concours "Lucette Desvignes". Le thème étant assez large pour l'inspiration ("la route") et la récompense plus qu'intéressante pour le gagnant (1542 euros, soit presque deux fois mon maigre salaire d'employé vie scolaire de l'époque^^), je m'étais lancé sans hésiter, d'autant que le format imposé était de six PAGES maximum et non pas exprimé en kilosignes comme il est d'usage dans le milieu des appels à texte...
Je ne fus pas l'heureux gagnant (aquel cas l'histoire eut été différente), ma "déviation fantastique" n'a pas été retenue par le jury (si ça se trouve, c'était le seul texte avec du surnaturel, j'aurais au moins été cité dans le debriefing du concours^^). Non celle-ci a été attribuée à un texte traitant d'un thème beaucoup plus connu et récurrent: "Israël / Palestine", je vous donnerai le Pdf de ce texte si vous êtes sages, je l'ai encore sur mon PC^^.

En 2016, au sortir d'un lourd épisode dépressif lié à plusieurs deuils, craquages, et déceptions créatives, je me suis donné pour défi d'écrire au moins une novella basée sur mes anciens écrits de concours. J'ai délaissé complètement les AT et autres défis qui, à mon avis, ne rendent pas service au métier d'écrivain même si leur thèmes peuvent âtre inspirants.

Avec "La Géante Serpente", j'ai relevé cependant un défi: reprendre un texte court, même très court pour en faire au pire une novella, au mieux un roman (un seul opus, pas une saga, la fin se suffisant à elle même).
Malgré les hauts, les bas et les difficultés, l'inspiration est toujours là et par effet boule de neige, j'ai étoffé ce texte. Après tout, je connaissais le plan général, les tenants et les aboutissants, ce n'était pas qu'une vague idée en devenir puisqu'il avait déjà été écrit...
La "Géante" est un roman médiéval-fantastique et non fanbtasy car le surnaturel, les forces du bien et du mal s'immiscent dans la réalité du vrai Moyen-âge, plus exactement la fin du XIIème siècle et le tout début du XIIècle: un âge de violences et d'obscurité entre les troisième et quatrième croisade.

Ici, les héros ne sont ni des clercs ni des chevaliers non: j'explore le monde de la paysannerie pauvre. La route est bien connue puisque c'est celle des chemins de Saint-Jacques de Compostelle.Les gens de ce temps ne ni ignares ni incultes, je me garde bien de les présenter ainsi: non, ils croient en ce qu'ils savent et non en ce qu'ils voient et perçoivent. Or sur la Grand route des anciens, rêves et cauchemars prennent forme, les fées noires hantent la nuit tandis que de jeunes dieux pourraient bien émerger...
je n'en dirai pas plus sur le déroulé de l'intrigue car ce roman a une chute, il n'est peut être pas du genre que l'on relis de nombreuses fois.
Mais je ne "divulgacherai" rien en précisant que sur neuf grands chapitres, il m'en reste trois à rédiger complètement, les plus centraux et les plus sombres, ceux où le merveilleux s'entremêlent le plus étroitement avec la réalité.

En attendant, j'ai mis en album les dessins d'ambiance que j'avais réalisé l'année dernière. Ils ne sont pas des chefs d'oeuvre du genre mais ils retransmettent l'ambiance onirique et malsaine qui règne dans cet opus.

That's all folks!

 

Posté par Napalmdave à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 août 2021

Space crusade adventures: "Space Hulk 547" (première partie)

Je reviens sur ce projet figurinistique un peu fou, très « troll », complètement hérétique mais qui se propose comme un retour à la bonne vieille magie des jeux de notre enfance et loin des dérives dans lesquelles a pu tomber la perfide Albion, j’ai nommé Games Workshop.
Je n’ai pour le moment pas d’idée brillante de monde de « space opera » inédit pour jouer de la figurine, alors je préfère « parodier » celui de 40k afin de le tourner en « projet fan ».

« Space crusade adventures » n’est pas qu’un simple « remaster » de la bonne vieille boîte éditée à l’époque par MB sous licence ; c’est aussi une relecture du monde futuriste avec plus de fun, plus de cohérence militaire, moins de pathos.
Alors bien sûr, tout ce que je vais exposer par rapport à « Adventures » est totalement hérétique et non libre de droit. Mais Games nous a habitués à tant de revirements, de retournements de veste, de changement de background… que j’ai décidé un peu de jouer sans l’arbitre, un peu comme dans un match de foot où celui-ci ne contrôlerait plus rien^^.
« Space crusade adventures » (un titre provisoire de projet qui a duré) se base essentiellement sur le background assez minimaliste du jeu de plateau « Space crusade » années 90 et se propose de réinterpréter le futur qui, pour le coup, n’est pas le 41ème millénaire mais plutôt un 31ème millénaire féroce et plein d’aventures…

Principales différences entre les univers de « Space crusade adventures » et « warhammer 40 000 » :

  • En tout premier lieu le ton de l’univers. Bien sûr, il est guerrier et impitoyable mais il repasse de « sombre darkitude des ténèbres » à « moyen ». Le but est de s’amuser, pas de triper sur les bûchers et autres délires intégristes…
  • Le culte impérial change complètement : dans cette timeline parallèle, l’Empereur est vivant et en bonne santé et il mène ses armées en bon général tout en jouant aussi de diplomatie (tout ne s’obtient pas par la force).
    C’est donc un univers « païen » inspiré des romains et de la religion romaine antique (ça tombe bien, je m’y connais un peu en la matière, je suis ancien étudiant en master d’histoire antique avec cette spécialisation^^). Il n’y a pas d’écclésiarchie (concept que je trouve ridicule) ni d’inquisition (trop barbare et anachronique à mon goût), ces organes sont remplacés par d’autres institutions.
  • Les cultes non chaotiques sont le plus souvent tolérés et généralement assimilés au culte impérial, comme c’était le cas sous l’Empire Romain.
  • Si beaucoup d’extra-terrestres sont inféodés au chaos, qui est une force aussi corruptrice qu’unificatrice (face à la montée des « disciples du chaos », beaucoup de races inhumaines se prosternent et en profitent pour se venger de l’humanité), il en existe beaucoup d’autres parfaitement neutres, inoffensives, voire alliées de l’Empire. Le délire anti xénos n’a plus lieu d’être.
  • Fin des restrictions d’armes à la noix : les unités, qu’elles soient d’élite ou « conventionnelles », portent ce dont elles ont besoin, selon leur spécialité et la situation. Ainsi, par exemple, un petit groupe de space marines portera plus d’armes spéciales ou lourdes. Les fantassins n’ont pas systématiquement des fusils lasers : ceux cis sont parfaits en combat « confiné » mais pas en extérieur, le rayon laser indiquant la position du tireur, les armes balistiques sont plus appropriées.
  • Cet univers n’inclut pas l’hérésie d’Horus. Je passe tout simplement dessus. Non, on ne va pas se refader tout ce background incohérent et rébarbatif, encore moins les romans indigestes qui vont avec.
    Non le chaos, sa force corruptrice à la « Event Horizon » se suffit à elle-même.
  • Les marines du chaos sont essentiellement issus de la corruption récente de marines impériaux que ce soit individuellement, par petits groupes ou par unités entières (plus rare).
    Les marines du chaos ont cependant un vivier de recrutement parmi les pirates de l’espace les plus féroces ou parmi les guerriers du chaos, ces combattants primitifs issus de la populace des mondes-démons.
  • Je reprends nombre d’aspects d’univers qui existaient dans « Rogue trader », la V2 et un peu la v3 de 40k : je veux parler par exemple de la race Squat (les nains du futur), les hommes-bêtes, les légions démoniaques, les mondes-démons et leur populace corrompue etc.
  • A contrario, je ne reprends pas pour ce projet les aliens surpuissants et déséquilibrés que sont les Taus et les Nécrons… Games ne savait plus quoi inventer pour vendre de la figurine à des gamins, il a imaginé des figurines monochromes invincibles. Passons sur cet épisode pathétique. Je ne reprends que les Eldars (normaux ou noirs) et les Orks, qui sont dans la continuité de «Crusade ».
  • Je ne reprends pas non plus les « Tyrannides » en tant que tels : trop impersonnels, trop puissants, pas assez imaginatifs : ils sont trop anthropomorphes pour des saloperies censées venir d’outre-espace. Je ne garde que les Genestealers et je revisite leur background. Après tout, dans « Rogue trader », c’était une menace à part. Dans le cadre du jeu de plateau Space crusade, ils mettaient un peu de piment aux parties.
  • Je ne reprends pas le fluff de la « Garde Impériale » : incohérent, hors propos etc…
    voyons voir, la force principale de défense humaine est formée d’imbéciles qui se soumettent au chaos dès que possible ? Equipement « première guerre mondiale » face à des adversaires qui ont des cockpits en réalité augmentée ? Et non, les blindés sont trop moches, je préfère mes conversions…
  • Dans « Space crusade adventures » : on parle davantage de « Forces impériales » avec beaucoup de diversité dans leur composition et leur équipement. Quand on voit que pas même un régiment de l’armée de terre française ne ressemble à un autre (et c’est très bien ainsi je trouve).

 

Principes de jeu et de collection :

Etant davantage un « créateur d’univers » qu’un gamer, je n’ai pas défini de principes précis de jeu pour « Space crusade adventures ». Je vais au moins « ressusciter » le bon vieux jeu de notre adolescence avec des pièces de rechange et de nouvelles figurines.
J’ai « cannibalisé » au moins quatre vieilles boîtes de « Space crusade » (ce n’est pas un jeu si cher, il a été produit en grande série) et rassemblé, des cartes, des pions, des plateaux…

  • Dans un premier temps, je garde le principe de « petite force space marine » versus « le vaisseau », je vais donc collectionner quelques escouades d’une quinzaine d’hommes avec toutes les combinaisons d’armes offertes par le jeu par le jeu. En effet, je colle et je peints chaque figurine, là où dans le cadre du jeu, on clipsait et déclipsait les armes au début de chaque partie… avec le drame du cassage de tiges ! je ne suis pas assez doué pour poser des aimants, alors j’opte pour cette solution.
  • Je vais tâcher de reconstituer les trois « divisions » space marines de base à savoir les Imperial fists », les « Ultramarines » et les « Blood angels »
  • J’ai eu d’autres idées de « divisions, je vais les peindre et voir pour créer de nouvelles cartes.
  • Je pense faire une collection thématique pour chaque horde du chaos, autour d’une entité précise, d’une légion renégate, d’un vaisseau du chaos.
  • Je pense déjà à des affrontements « en extérieur » mais ils impliqueraient plutôt des forces modestes avec essentiellement de l’infanterie, de l’artillerie plutôt légère, des véhicules légers et quelques règles de « guérilla », rien de bien bourrin donc. On serait à l’échelle du combat entre détachements, scénarisé, pas d’optimisation de points, pas de galettes d’artillerie, pas de titans et pas d’aéronefs : ils ne sont tout simplement pas adaptés à une partie modeste (en revanche, ils font de beaux bibelots).

 

676_1

Premier projet : Space crusade, le « remaster »

Avant de me lancer dans la construction de détachements, de régiments ou de hordes, je vais déjà m’atteler au « remaster » du jeu des années 90, c’est-à-dire le reconstituer sans même penser à y ajouter de nouvelles règles, cartes ou figurines inédites, juste celles existantes.
beaucoup de joueurs disent de crusade qu’il avait un bestiaire « pauvre »… Ce n’est pas du tout mon avis. Il offrait beaucoup de possibilités pour un opus destiné aux adolescents et surtout, il représentait l’équilibre des forces et des créatures en présence.

Le wargame nous a habitués aux armées entièrement composées de marines ou de marines du chaos opposées parfois à des armées à part entière… C’est à mon sens une ineptie : les marines loyaux sont, comme leurs équivalents américains, une force « spéciale » d’élite qui opère soi lors d’opérations toutes aussi spéciales, soi en appui d’unités plus « conventionnelles » (Au Viêt-Nam, le corps des marines appuie les GI de l’armée de terre américaine ou les alliés sud-vietnamiens, sud-coréens ou Thaï). Quant aux marines du chaos, ils sont censés ne pas trop courir les rues : ils s’appuient largement sur des mutants, hommes-bêtes et autres cultistes. La proportion de marines du chaos dans la boîte de base est donc assez représentative de la réalité d’un vaisseau ou d’une horde.

J’ai bien réussi à peindre une escouade Ultramarine, une autre d’Imperial fists. Etant un peu aventurier de nature, j’ai testé un schéma de couleur maison sur une autre escouade : tout brun !
je nomme ces nouveaux gaillards la « Légion Ursa », avec un décorum « nord amérindien ».
Avec les outils actuels, il sera sans doute possible de leur fabriquer des cartes « ordre » et « équipement »…

WP_20190521_010

IMG_20200822_191051

100_0064100_0065



Pour ce qui est des « monstres », ou plutôt des « extra-terrestres » (on considère les marines du chaos comme tels, ils ont perdu leur humanité), étant donné que les pions de renforts permettent de rappeler du monde, je pense qu’il me faudrait environ le double de chaque type de créature présente dans la boîte de base soit :

—      Une quinzaine d’Orks

—      Une trentaine de Gretchins

—      Une dizaine de marines du chaos

—      Une dizaine de droïds

—      Au moins six Stealers, voire dix (ils arrivent par trois dans un des scénarios de « opération dreadnought »)

—      Deux dreadnoughts…

Pour ce qui est des chaoteux, je les équipe aussi de différentes armes lourdes afin de varier les périls…

J’ai normalement tout ce qu’il faut pour reconstituer un « Space crusade de base » niveau plateaux, pions et cloisons (hélas fragiles) à monter. J’avais déjà trié une boîte mais je ne me rappelais plus.
Il yen a trois autres pleines de plateaux supplémentaires (y compris ceux de « Opération dreadnought) et de portes, pions cartes… Un inventaire s’imposerait peut-être, je ne vais sans doute pas avoir besoin de tout ça et il existe des bourses d’achats et d’échanges où les nostalgiques peuvent trouver ce qui leur manque…

 

Prochains objectifs de mission :

En dehors d’un inventaire des cartes et tokens (les plateaux, on en n’a jamais assez et puis ils peuvent resservir pour d’autres jeux), il me faudra rassembler et peindre tout d’abord les « Anges sanguinaires ». Je m’aperçois que j’avais aussi trié assez de marines pour faire deux autres escouades, je vais les peindre selon des schémas « maison » et m’atteler à leur bricoler des cartes dignes de ce nom.

 

IMG_20210825_192341

Il me faudra aussi, comme je le disais précédemment, rassembler les figurines de « monstres » et leur faire un joli schéma de peinture. J’intitule ce projet « Space Hulk 547 », comme dans l’édition MB.

That’s all folks !

 

 

15 août 2021

Bienvenus dans les Forteresses souterraines

J'inaugure ce soir un nouvel espace plus universel, qui ralliera toutes mes créations (en plus de quelques réflexions), qu'elles soient littéraires, graphiques, figurinistiques etc.
Suite à un gros recentrage de projets, j'efface mes anciens blogs qui faisaient un petit trop "brocante" et laissaient clairement un goût d'inachevé. J'aime à croire que je suis un "créateur d'univers" et un d'entre eux, le monde médiéval-fantastique de Calydon sera plus précisément développé dans ces lignes.
Pour les rares personnes qui suivaient mon acien espace "le château reconstruit", vous verrez que je reste dans les thématiques castrales.

Pourquoi "Forteresses souterraines", par référence à "Héroquest" et aux premiers jeux de "Dunjeon crawling" qui m'ont tant fait rêver ado (et me font rêver encore). Cela me fait penser aussi au "labyrinthe" de Ravensburger qui se réorganise en permanence, tel est mon esprit.

En attendant de produire une plus jolie couverture, voici quelques photos libres de droit de votre serviteur, pas de pompage du net.
J'ai également détaillé le contenu des catégories ci-dessous...

L'entrée des mines

 

 

détour du donjonemmurée

 

 

 

 

Explicitation des catégories



Bunkers et ruines
: Ce qui a attrait au genre Science-fiction et post-apo
Calidon : Tout ce qui a attrait à cet univers médiéval-fantastique original de ma création.
Châteaux forts: Tout ce qui a attrait mon genre favori: la fantasy.
Couloirs anciens: Tout ce qui a attrait à l'histoire et à la documentation.
La bibliothèque: Mes lectures et autres critiques.
La tour de garde: Ce qui a attrait à l'actu est quelques coups de gueule.
La tour-pigeonnier:Les annonces diverses et variées.
L'âtre du donjon: Mes textes courts et poétiques.
le scriptorium: Tout ce qui a attrait à mes écrits.
les châteaux neufs: Tout ce qui a attrait aux créations contemporaines et non fantastiques.
Varia: les actus un peu plus légères et persos.